La culture de coraux
Depuis 16 ans, l’Aquarium de la Guadeloupe travaille sur la restauration des récifs coralliens au travers de différents programmes scientifiques.
Qu’est-ce que c’est ?

Gossier Guadeloupe Les coraux sont des animaux marins peuplant les eaux côtières intertropicales. Ils sont généralement organisés en colonies d’une multitude d’individus appelés polypes, qui vivent en symbiose avec les zooxanthelles,des algues microscopiques. Les polypes ont la capacité de sécréter un exosquelette calcaire et ainsi de bâtir des récifs.

Un écosystème majeur et fragile

Les récifs coralliens assurent :

  • Une action de protection des côtes vis-à-vis de la houle et de l’érosion
  • Un habitat d’une richesse exceptionnelle pour une multitude d’espèces animales et végétales
  • Une source de nourriture pour de nombreuses espèces… dont l’homme qui s’y fournit en poissons depuis la nuit des temps
  • Un lieu propice aux activités de loisirs : plongée, surf, planche à voile, randonnée palmée

Ils représentant moins de 0,25% des fonds marins mais abritent plus de 25% des espèces marines.

Les récifs guadeloupéens couvrent une surface de 200 km². Mais, comme partout dans le monde, ils sont en forte régression. On estime aujourd’hui qu’ils sont détruits à plus de 85 %. Les changements climatiques avec l’augmentation de la température de l’eau et l’acidification des océans, la pollution de l’eau, l’urbanisation du littoral, la surpêche, la destruction des habitats naturels et la sur-fréquentation touristique sont autant de facteurs à l’origine de cette crise écologique.

Zoom sur la reproduction des coraux

Gossier GuadeloupeLes coraux peuvent se reproduire à la fois de façon sexuée et asexuée.

  • La reproduction sexuée se fait par production et libération dans l’eau de gamètes. La fécondation des ovules et des spermatozoïdes aboutit à la formation d’une larve appelée planula. Cette larve planctonique se développe en pleine eau avant de se déposer et se fixer sur le sol où elle deviendra un polype. Ce nouvel individu pourra alors former une nouvelle colonie corallienne.
  • La reproduction asexuée se fait par bourgeonnement de nouveaux polypes qui permet d’agrandir la colonie ou par fragmentation, qui permet de diviser la colonie en plusieurs parties qui continueront de grandir indépendamment.

Là où la reproduction asexuée ne permet que la production de « clones » du polype initial, la reproduction sexuée permet un brassage génétique et donc un meilleur potentiel d’adaptation aux changements environnementaux.

Notre action

Dans le but de restaurer les récifs coralliens, l’Aquarium a initié dès 2003 des projets de reproduction sexuée et asexuée des coraux dont l’intérêt est de cultiver puis réintroduire des colonies de coraux dans des zones marines dégradées.

  • La mission Planugwa

Gossier GuadeloupeDepuis 2009, les équipes de l’Aquarium travaille sur la reproduction sexuée des coraux à travers la mission Planugwa. L’objectif est de collecter des gamètes de coraux des pontes massives annuelles puis de contrôler in vitro la fécondation, des larves puis le développement des polypes avant leur réintroduction en mer.

La ponte des coraux a lieu une à deux fois par an entre août et octobre et dépend étroitement des phases de la lune et de la température de l’eau. Elle se produit de nuit, à des dates et heures variables selon les espèces mais de manière synchrone au sein d’une même espèce. Après plusieurs semaines d’élevage, les tuiles de culture sont placées en mer et régulièrement suivies afin de permettre aux jeunes coraux de poursuivre leur croissance en milieu naturel.

  • Le bouturage de coraux

Gossier Guadeloupe
Depuis 2013, les équipes de l’Aquarium travaillent sur le bouturage corallien, ce qui a permis la création de la première pépinière de coraux des Antilles françaises en 2015.

Deux espèces de coraux branchus y sont cultivées : Acropora palmata (corail cornes d’élan) et Acropora cervicornis (corail cornes de cerf). Ces espèces ont été choisies car elles ont disparu de nos eaux à plus de 85%, et sont menacées de disparition à court terme. De plus, ce sont des espèces bio-constructrices des récifs coralliens et elles présentent une croissance rapide.

A ce jour, 4 arbres à coraux sont installés dans une pépinière marine et 320 boutures y sont en culture. A terme, l’objectif est de transplanter ces boutures sur des récifs dégradés.